L’entretien des jardins alpins et de rocaille

Partagez!
>>> Menu Hortiquoi mai 2023
Aubrieta macedonica.
Aubrieta macedonica. Photo : Société de plantes alpines et de rocaille du Québec.
Par Charles Charron, Société des plantes alpines et de rocaille du Québec (SPARQ).

Cet article complète une série de trois sur les jardins alpins et de rocaille avec l’objectif de mettre de l’exotisme dans nos jardin. Les deux premiers articles ont été présentés dans les numéros précédents de l’Hortiquoi. Voir les liens au bas pour consulter les deux premiers articles.

LE PAILLAGE

Les rocailles bien construites ne demandent pas beaucoup d’entretien une fois que vous en avez terminé la construction et la plantation initiales. Cela s’explique en partie par la pose d’une couverture de protection.

Traditionnellement, les rocailles sont paillées avec du petit gravier, concassé ou naturel provenant des carrières ou des rivières. Mais on peut aussi utiliser la pierre antidérapante qui est plus fine. Ces matériaux sont vendus dans les magasins de matériaux de construction.

Ces graviers portent de nombreux noms, cailloux gravillons, pierre concassée et ils ont généralement un diamètre de 1/4 à 3/8 de pouce et même plus. Évitez la poussière de pierre qui est trop fine.

Idéalement, le gravier doit être assorti aux divers minéraux provenant du voisinage de la rocaille.

Remarquez que plus la pente des rocailles sont fortes, plus il est souhaitable de trouver du gravier concassé, c’est-à-dire du gravier aux côtés tranchants, rugueux plutôt qu’arrondis tels ceux des rivières. Cela afin que les pierres ne roulent et s’entassent au bas des pentes lors des fortes pluies.

La pierraille de couverture à un effet rafraîchissantsur les sols situés en dessous, elle protège la couronne des plantes des éclaboussures de la boue et de l’accumulation d’eau. De plus, elles permettent à la pluie de pénétrer facilement dans le sol.

Il est facile de garder ces graviers libres de mauvaises herbes en les remuant de temps en autre avec un grattoir à trois dents.

Examinez de très près vos petites plantes et vous n’y verrez même pas les mauvaises herbes car plusieurs d’entre elles ont besoin de lumière directe pour germer, et ainsi peu germeront sous le gravier.

Le gravier doit être suffisamment épais afin de recouvrir complètement le sol tout en laissant les cols de vos petites plantes bien dégagés.

Le paillis d’écorce ne convient pas bien aux rocailles, car il dégage des toxines lors de leur décomposition. De plus il consomme de l’azote et abrite souvent des agents pathogènes.

Les plantes de rocaille, pour la plupart sont bien adaptées aux environnements composés de sols rocheux, de grosses pierres, mais attention certaines d’entre elles ont peu de chance de survie dans des zones boisées où d’épais paillis forestiers sont présents naturellement. (Suite du texte après la photo.)

Alchemilla mollis
Alchemilla mollis. Photo : Société de plantes alpines et de rocaille du Québec

Toutefois prenez note que certaines de vos plantes ligneuses, comme les petits arbustes, n’ont généralement pas de problème avec le paillis d’écorces provenant des grands arbres résineux du milieu.

Les paillis de feuilles sont plus acceptables pour les rocailles situées en zone boisée mais pour éviter de créer une couche de feuilles enchevêtrées privant vos plantes de lumière, il est préférable de broyer ou de composter les feuilles avant de les appliquer sur vos rocailles.

Les fines aiguilles de pins et des autres conifères peuvent faire un paillis fin pour les rocailles en milieu boisé.

Là encore, il est préférable de broyer les aiguilles, ne serait-ce que pour faciliter leur mise en place, elles sont alors beaucoup plus faciles à appliquer entre les plantes.

Il est probable et indéniable que certaines plantes mises en terre, ne survivront. Gardez la rocaille en bonne santé en retirant les plantes mortes et celles qui ont l’air de faibles allures.

Lorsque des plantes ne semblent pas heureuses là où elles sont installées, il est nécessaire d’en rechercher la cause: La nature du sol ou le positionnement sont peut-être en cause: lumière, acidité, humidité. Il y a peut-être lieu alors de les relocaliser ou de les remplacer.

Au printemps évaluez votre rocaille et s’il y a lieu, identifiez les plantes faibles et décevantes pour les remplacer par de nouveaux trésors plutôt que de pleurer sur ces anciennes.

N’oubliez pas qu’une partie des plaisirs de la rocaille consistent à semer et à acheter de nouvelles plantes… Désherbez immédiatement nos petites plantes car elles sont sensibles à la compétition!

Enlevez ces nouveaux pissenlits (Taraxacum) et toutes plantes envahissantes avant qu’elles prennent de la vigueur, vous économiserez ainsi beaucoup d’efforts à venir.

Les mauvaises herbes ressortent bien sur le paillis graveleux et il est facile de les enlever tout en parcourant, avec plaisir, le jardin à la recherche des dernières fleurs écloses.

L’herbe, le gazon, les graminées et surtout le chiendent (Elytrigia repens), tous sont de sérieux ennemis des rocailles comme des plates-bandes. Il faut les éliminer immédiatement, sinon elles propageront leurs rhizomes persistants dans toute la rocaille.

Donc la prévenance est de mise. Vous pouvez simplifier et réduire considérablement vos efforts d’entretien, autant que cela vous est possible, en ayant de solides bordures contiguës de béton ou de plastique solidement enfoncée entre la pelouse et la rocaille tout comme pour les plates-bandes.

Ou encore, creusez une tranchée de 15 cm. de profondeur et de 15 cm. de largeur autour de rocaille et remplissez-la avec un gravier plus grossier.

Une autre façon de mettre en valeur vos aménagements, tout en séparant les rocailles des zones de pelouses, peut se faire par la mise en place de milieux incultes tels que la pose de larges chemins de gros graviers, d’une promenade en pierre ou de murailles de pierres.

L’ENTRETIEN

Les jardiniers n’ont pas tous le même goût pour un jardin soigné, mais il ne fait aucun doute que l’aménagement est dans toute sa beauté, lorsque les lieux sont exempts de mauvaises herbes, sans vieilles tiges et que les feuilles mortes sont enlevées.

Établissez un plan de taille des plantes si vous voulez entretenir un grand jardin.

Lorsque la floraison est terminée et si vous n’avez aucun intérêt à récolter les semences, alors pour prolonger la floraison procéder à la taille de rajeunissement. On leur donne un aspect plus naturel en coupant les tiges à la hauteur correspondant à la présence des semences. On taillera de manière irrégulière selon des angles variables et bientôt de nouvelles tiges apparaîtront.

Vous constaterez que certaines plantes sont plus agressives et développées que d’autres et de plus elles occupent plus d’espace que vous le souhaiteriez. Alors n’hésitez pas à faire une récolte de plusieurs plans; ayez de bonnes pensées pour vos amis.

Séparer les plants est une bonne idée, si vous ne souhaitez pas que les agressives éliminent les plus modestes.

Il est bien de revoir le développement de vos rocailles au moins une fois l’an.

À CONSULTER

>>> Menu Hortiquoi mai 2023